« Nousnesommespasmanipulés,maisjoueurs(sediraitl’Apacheauxmolletstaris).Toutcequichangen’existantpas,l’eautecouleentrelesdoigts. Mais les gens qui se noient ont-ils le temps de tousser ? Maissousleporcheéteintetparleschantiersgris,nousnecesseronsdejacter parcequ’ilfaudrasetairelalumièrerevenue,parcequ’ilsserontépais soudainnospasmenus. Voici mon foie, où est ton aigle ? Unsquelettehabillé,durougesurlesdents,toiseraitl’oreillerquelatracedéfigure.Qu’onbattelessentiersqu’onchasselebitume,legoudrondessinélentementàlaplume. […] D’évidenceonsauraitqu’ons’ébatvainement,maisceneseraitpasgravetantquevibrentnosmembres,quelafuitesoitplusbellequenel’estlabataille-oui, Est-ce que respirer fort ça fait mourir plus vite ? S’obstinelesoldatquinesaitoùaller, s’obstinentlesdanseursparleursgestesgrisésetsurtonfrigidaireilyaécritfrigoàlapeinturenoireetpleinedegrumeaux cequiglisse, cequirate, cequin’estpourpersonneetquepersonnenevoit, cequin’estpourpersonneparfoisn’estpaspoursoietcetteclochesonneetcechienquiaboie tout hasard hait son rythme onvoudraitquelenôtresoitplusjustequeça onvoudraitlenôtreplusApachequebourgeois »

tétanos
abstraction documentaire, 96 pages, 2015
lectures performances, 2016[extrait : Messe Rose @L’Amour, Bagnolet]